1. Être un acteur dans sa santé

La santé requiert une participation active de la personne. L’état de santé peut se détériorer rapidement pour ceux qui ne s’en occupent pas de manière consciente et intelligente.

Au fur et à mesure que nous avançons en âge, nous devons nous adapter (alimentation,
mode de vie, etc.) pour répondre aux besoins de notre corps qui répond aux lois universelles de l’impermanence. Il faut également apprendre à se débarrasser aussi bien des idées toutes faites que de certaines des opinions que nous nous faisons et que nous avons trop souvent tendance
à prendre pour parole d’Evangile.

Pour être en bonne santé – ou bien je préfère dire « pour se sentir aussi bien que possible » - et pour être un acteur dans notre évolution physique plutôt qu’une victime des situations dans lesquelles nous nous trouvons, il convient d’apprendre à s’observer et à interpréter de manière juste nos réponses aux stimuli. Notre évolution corporelle requière une évolution
– une maturation – mentale et émotionnelle.

 

2. L’interdépendance des systèmes

Si l’on accepte que les quatre aspects de l’être sont interconnectés, nous devons aussi accepter que tous les éléments physiques sont interdépendants. Tout comme la Terre sur laquelle nous vivons a besoin que les rivières, les forêts, les mers, les champs soient « en bonne santé » pour l’équilibre de la planète et la survie des espèces, notre corps a besoin que tous les systèmes qui le composent (systèmes nerveux, digestif, éliminatoire, circulatoire, etc.) travaillent en harmonie et en synchronicité. Bien que tous nos systèmes internes aient des objectifs spécifiques, ils ne peuvent pas fonctionner correctement sans le soutien des autres.

Le corps sous ses quatre aspects peut en fait être vu comme une seule unité composée de divisions spécialisées, chacune de ces divisions étant dotée de son propre équipement capable de produire les éléments essentiels qui, avec les autres, créent une personne complète. Ce qu’il faut accepter c’est que si une partie du corps ne peut pas faire son travail correctement, le corps entier en souffre et l’énergie vitale est affectée, réduisant par là-même la qualité de notre vie.

L’interdépendance et l’interconnexion des systèmes, y compris du mental et de l’émotionnel sont révélées dans notre posture, notre expression et notre niveau énergétique et par sa qualité. Ceux-ci révèlent en effet des informations quant à notre harmonie (ou ‘désharmonie’) interne. Rien ne peut réellement rester secret. Un thérapeute averti saura aisément interpréter les messages donnés par notre corps et notre énergie.

 

3. Les effets autour de nous

Lorsque nous entrons en contact avec d’autres personnes, celles-ci perçoivent – plus ou moins bien selon leur sensibilité – notre flux énergétique interne. Même les personnes qui ont appris à se « réfugier » derrière un masque ou une armure pour se cacher ou se protéger sont en réalité exposées.

L’énergie que nous projetons et que nous exprimons affecte notre relation avec les autres personnes, les autres êtres vivants, et même avec la planète entière. Nos valeurs et nos attitudes stimulent une réaction de la part de tout ce et tous ceux avec lesquels nous sommes en contact – ceci déclenche une chaîne d’événements. Chacun de nous est en fait responsable de sa propre contribution à ce que j’appelle « l’homéostasie énergétique planétaire ».

 

4. Où commencer ?

Nous devons apprendre à s’occuper de nous-mêmes avec un sens réel de responsabilité. Nous ne pouvons pas mettre la responsabilité de notre santé ni de notre bonheur ailleurs : sur l’environnement, le gouvernement, nos parents, notre conjoint ou nos enfants, le patron…

Le premier pas est d’apprendre à prendre soin de soi, c’est-à-dire à s’occuper de soi mais pas de manière égotique ou égoïste. Il faut comprendre que si on est équilibré et en harmonie avec soi-même, la porte est grande ouverte pour être en harmonie avec les autres et avec notre environnement.