Le Centre Colomblanche est un projet qui se concrétise après des dizaines d’années de gestation. Il est le fruit d’une personne qui, depuis son enfance, souhaite œuvrer pour le bien et le bonheur des autres.

De nature solitaire et contemplative, Francine Schneeberger passe une grande partie de son enfance et de son adolescence à méditer, gribouillant inlassablement la même phrase : « Tout ce
que je peux apporter à ce monde illogique et cruel, c’est mon amour. »

Détournée de sa vocation par ses parents, elle mène une vie ordinaire et fonde une famille. Parallèlement, elle se nourrit dans un profond silence des enseignements du Christ, du Bouddha et des grands sages de toutes les traditions, tout en suivant diverses formations en thérapies naturelles (géobiologie, réflexologie plantaire, magnétothérapie, phytothérapie, homéopathie, psycho-énergétique), et passe le diplôme de praticien PNL (programmation neurolinguistique).
Les enseignements et ses rencontres avec de grands maîtres spirituels (le Dalaï Lama, Kalou Rinpoché, le Sakya Trizin, Jean-Yves Leloup, Amma, etc.) ont confirmé sa vocation, celle d’aider toute personne qui souhaite se libérer de la souffrance.

Le 1er janvier 2011, elle crée l’association Les Amis de Colomblanche afin d’élargir les possibilités de son accompagnement et de proposer à ceux qui le souhaitent de suivre des activités permettant d’évoluer vers plus de sérénité et de santé. Cette première étape enclenche rapidement la seconde.

Juillet 2013 marque le début de ce qu’elle surnomme « la grande aventure », la naissance du Centre Colomblanche au Château de Verdalle. Son projet s’incarne dès lors dans la matière, dans un lieu idéal pour l’accueil des personnes désireuses de connaître les causes des souffrances humaines ou d’approfondir les voies menant à leur libération, ouvrant cet espace paisible aux sciences, philosophies, sagesses et traditions du monde.

Son message :

« Le Centre Colomblanche et l'association Les Amis de Colomblanche sont les manifestations de ma volonté d’œuvrer pour le bonheur de chacun.

L’humanité est une grande famille désunie et meurtrie qui vit sur une terre maltraitée. L’éloignement de notre véritable nature (aimante, généreuse, éclairée et paisible) ne nous apporte que des souffrances. Et dans ce sens, nous devenons responsables de nos malheurs. Il devient dès lors nécessaire de lever le voile de l’ignorance ; de transformer chacune de nos pensées négatives en pensée positive, chacune de nos paroles négatives en parole positive et chacun de nos actes négatifs en acte positif et d’ajuster notre vie à son sens véritable. En fin de compte, le bonheur est un choix, une volonté, un travail de libération, de purification et de transformation: un retour vers cette véritable nature.

A travers ce centre, puissé-je contribuer d’un cœur sincère et aimant à l’édifice d’un monde de paix, d’amour et de bonheur pour tous les êtres. »